La démocratie meurt dans l’obscurité, mais la photographie la met en lumière

Publié le Mis à jour le

Dans un contexte où le journalisme vit une crise majeure, dans un contexte où le journaliste et le photojournaliste sont confrontés à des emplois de plus en plus précaires, dans un contexte où les sources d’informations se diversifient de plus en plus, d’autres disciplines émergent, comme la sociologie et l’anthropologie, qui peuvent largement contribuer à la compréhension d’une société qui se transforment à la vitesse grand V.

Le jour où j’ai amorcé mes études de doctorat en sociologie, s’il y a une chose dont j’ai particulièrement pris conscience, c’est que la démocratie meurt dans l’obscurité.  En ce sens, la sociologie visuelle, tout comme l’anthropologie, sont aux premières loges pour mettre la démocratie en lumière. Cet éclairage vient donc du fait qu’on nous montre ce que nous ne savons pas, et c’est notre responsabilité, en tant que sociologue et anthropologue, de le faire. Cependant,  le sociologue et l’anthropologue ne doivent pas s’enfermer dans le vocabulaire académique s’ils désirent atteindre le plus large public possible.

Hiver 2018, Sociologie visuelle, Université Laval

Déjà, une nouvelle génération de sociologues et d’anthropologues est prête à relever ce défi. À l’hiver 2018, lorsque j’ai donnée le cours « Sociologie visuelle », j’ai rencontré là des jeunes gens motivés et allumés. Je n’ai qu’à penser à  Jonathan Riendeau, Lydia Arsenault, Lara Docquier, Louis Lemonon, Véronique Leclerc, Léa Racine, Jean-François Bérubé, Annie Marois et bien d’autres pour me rendre compte que la relève est là. Certes elle a beaucoup de travail à faire pour se mettre elle même en lumière, mais j’ai la certitude qu’elle y parviendra.

Photo|Société ne vise qu’une seule chose : mettre en lumière la société avec la collaboration de gens talentueux. Si les Cahiers que nous publions régulièrement permettent de montrer la société à travers la photographie et le documentaire, tout en permettant à de jeunes chercheurs de s’affirmer, tout comme de permettre à des chercheurs confirmés d’explorer les limites de leurs disciplines, nous aurons atteint notre objectif.

© Pierre Fraser (Ph. D.), 2018

4 réflexions au sujet de « La démocratie meurt dans l’obscurité, mais la photographie la met en lumière »

    ibonoco a dit:
    19 décembre 2018 à 11 h 12 min

    Et bien nous serons attentifs à la parution de vos Cahiers et surtout de ce qu’ils révèlent au monde profane. Et vous avez raison, un vocabulaire clair et non académique permet en effet de mieux faire passer un savoir.
    Merci de chercher à mettre en lumière la société comme vos pairs et pères l’ont fait : de Durkheim à Bordieu en passant par Crozier et son pote Friedberg…

    J'aime

      Photo|Société a répondu:
      19 décembre 2018 à 11 h 40 min

      Nous tenterons de faire de notre mieux !

      J'aime

        ibonoco a dit:
        19 décembre 2018 à 11 h 48 min

        C’est une très belle initiative

        J'aime

      Photo|Société a répondu:
      21 janvier 2019 à 13 h 32 min

      Merci pour le bon commentaire !

      C’est un travail de fond qui mérite d’être fait !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.