Le chien assis à la table

SOCIOLOGIE VISUELLE

au bistro un dimanche matin

Et c’est là où le chien assis à la table permet de mettre en image une situation sociale contrastée où la mixité sociale devient de plus en plus conflictuelle. Pour rappel, une situation sociale contrastée, dans le monde de la sociologie visuelle, renvoie à l’idée d’un moment photographique particulier où les différences entre classes sociales se manifestent de façon évidente, et ce montage photographique en rend compte.

    Contraste social en devenir (1)

    © Pierre Fraser

    Situation sociale contrastée (2)

    © Pierre Fraser

    Inégalités sociales
    (série documentaire)

    Le quartier Saint-Roch de la ville de Québec est un quartier en processus d’embourgeoisement depuis une quinzaine d’années. La mixité sociale, où la favorisation et la défavorisation sociale et matérielle se côtoient au quotidien, y a donc toujours été présente. Toutefois, depuis le déménagement dans ce quartier, en 2021, de la résidence Lauberivière pour personnes sans-abris, cette mixité est désormais au cœur de différentes préoccupations de la part de la population mieux nantie.

    Alors que je déambulais sur la rue Saint-Joseph, ce qui m’a tout d’abord interpellé, c’était cet insolite en contexte, à savoir un chien assis à une table de bistro en compagnie de sa maîtresse. Toutefois, j’ai rapidement réalisé qu’une situation sociale contrastée allait se manifester (photo 1), alors qu’un habitant défavorisé du quartier s’avançait dans ma direction.

    Du moment où l’homme dépassait le chien et sa maîtresse, j’ai capté ce moment où la rencontre de classes sociales différentes a lieu, alors que le chien me regarde, que l’homme passe son chemin sans se préoccuper du chien assis à la table, et que la propriétaire du chien jette un coup d’œil furtif à cet homme qui poursuit son chemin (photo 2).

    Il va sans dire qu’une photographie n’est jamais tout à fait objective et qu’elle est aussi subjective, Objective, dans le sens où elle saisit la réalité objective d’un moment particulier, car elle encapsule un temps et un lieu, tout comme les valeurs culturelles et socioéconomiques d’une époque précise. Subjective, dans le sens où elle est le résultat d’un cadrage effectué par le photographe, car tout cadrage reflète forcément un choix délibéré en fonction du sujet traité.

    Autrement, étant donné que la sociologie n’a pas à juger du «positif» ou du «négatif» d’un phénomène social, mais d’en expliquer ses rouages, il en va de même avec la sociologie visuelle, à la différence près qu’elle montre ces mécanismes à l’œuvre derrière un phénomène social précis.

    © Pierre Fraser (PhD) / texte et photo, 2022

    %d blogueurs aiment cette page :