Le roman policier québécois

À la rencontre de la littérature québécoise

Couronnant le 25e anniversaire de l’AIEQ, le Voyage en littérature québécoise (VLQ) est un programme de formation destiné à l’enseignement de la littérature québécoise à l’étranger. Vivant, et illustré de documents d’époque et de références bibliographiques et numériques, cet outil pédagogique s’adresse aussi à toute personne désireuse de se familiariser ou d’approfondir ses connaissances dans le domaine. Présenté sous forme d’entrevues vidéo avec des spécialistes de divers genres littéraires, le VLQ repose sur l’Atlas littéraire du Québec (Fides, 2020), la plus récente synthèse parue sur le sujet, sous la direction de Pierre Hébert, Bernard Andrès et Alex Gagnon. Produites par l’AIEQ, ces entrevues sont conçues et animées par Bernard Andrès, captées et réalisées par Pierre Fraser.

Si, au début du XXe siècle, les romans policiers étaient principalement des traductions de romans étrangers, ce n’est qu’au cours des années 1950 et 1960, que de nombreux auteurs québécois ont commencé à écrire des romans policiers originaux en utilisant des personnages et des contextes locaux. Les romans de cette période ont souvent abordé des thèmes sociaux et politiques importants tels que la corruption et les relations entre les communautés anglophones et francophones.

Par exemple, les aventures de l’agent IXE-13 de Pierre Saurel, publiées de 1947 à septembre 1966 en fascicules de 32 pages (934 au total), ont connu un succès considérable à l’époque (20,425,000 exemplaires en tout). Elles ont donné lieu à des adaptations théâtrales et radiophoniques et a inspiré un film à l’écrivain et cinéaste Jacques Godbout intitulé également IXE-13 (1972).

Dans les années 1970 et 1980, le roman policier québécois a continué à se développer et à se diversifier, avec des auteurs tels que Jacques Poulin et Louise Penny qui ont créé des personnages récurrents et des séries de livres. Les romans de cette période ont souvent été plus détaillés, avec des intrigues plus complexes et des personnages plus développés.

Aujourd’hui, le roman policier québécois est encore en évolution, avec de nombreux auteurs talentueux qui continuent à écrire des livres captivants et à explorer des thèmes importants, dont, entre autres, Gilles Dubois, Chrystine Brouillet et Patrick Senécal. Les romans policiers québécois ont également gagné en popularité à l’étranger, et de nombreux auteurs québécois ont vu leurs livres traduits dans d’autres langues et vendus dans d’autres pays.

Vos commentaires

%d blogueurs aiment cette page :