La littérature au féminin au Québec

À la rencontre de la littérature québécoise

Couronnant le 25e anniversaire de l’AIEQ, le Voyage en littérature québécoise (VLQ) est un programme de formation destiné à l’enseignement de la littérature québécoise à l’étranger. Vivant, et illustré de documents d’époque et de références bibliographiques et numériques, cet outil pédagogique s’adresse aussi à toute personne désireuse de se familiariser ou d’approfondir ses connaissances dans le domaine. Présenté sous forme d’entrevues vidéo avec des spécialistes de divers genres littéraires, le VLQ repose sur l’Atlas littéraire du Québec (Fides, 2020), la plus récente synthèse parue sur le sujet, sous la direction de Pierre Hébert, Bernard Andrès et Alex Gagnon. Produites par l’AIEQ, ces entrevues sont conçues et animées par Bernard Andrès, captées et réalisées par Pierre Fraser.

Lori St-Martin (1959-2022), dans cette entrevue réalisée en août 2022, explore les différentes facettes de la littérature féminine québécoise depuis le début du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Réunissant les auteures les plus représentatives de ce genre littéraire, elle parvient à mettre en lumière la spécificité de la lecture et de l’écriture au féminin. Comme le soulignait Lori St-Martin lors de l’entrevue, la littérature au féminin est plurielle et il serait réducteur de vouloir l’enfermer dans une définition généralisante. C’est donc dans cette aventure au féminin que nous vous invitons à découvrir cette littérature.

Les premières écrivaines québécoises à avoir été publiées ont commencé à émerger dans les années 1800, mais c’est vraiment au début du XXe siècle que quelques femmes écrivains commencent à se faire connaître. Parmi les plus notables, on peut citer Marie-Anne-Gabrielle-Léonie Ferland, Marie-Louise Côté et Marie-Louise Gay, qui ont écrit des œuvres sur des thèmes liés à la vie domestique, à la famille et à l’éducation, thèmes considérés comme appropriés pour les femmes à l’époque. Leurs œuvres ont été publiées dans des revues littéraires et des journaux, mais elles ont eu peu d’opportunités pour être publiées en livre à cette époque, avec des exceptions rares.

Il a fallu attendre le mouvement féministe des années 1970 pour que les voix des femmes soient véritablement entendues dans le champ littéraire. Depuis lors, de nombreuses femmes écrivains québécoises ont publié des œuvres importantes dans divers genres, y compris la poésie, le roman, le théâtre et la non-fiction. Les thèmes abordés dans leur travail incluent souvent les expériences de vie des femmes, les questions de genre et la lutte pour l’égalité des sexes.

Depuis 2010, la littérature féminine québécoise aborde de plus en plus les expériences de vie des femmes, les questions de genre et la lutte pour l’égalité des sexes, mais aussi des sujets plus contemporains comme l’immigration, la vie urbaine, la technologie et les relations interculturelles. Si certaines écrivaines ont remporté des prix prestigieux pour leur travail, comme le prix des libraires du Québec, le prix des cinq continents de la Francophonie et le prix littéraire Ringuet, il y a eu aussi un intérêt croissant pour les écrivaines autochtones et pour les écrivaines d’origine immigrante qui ont été publiées et soutenues par les éditeurs.

%d blogueurs aiment cette page :