Carnet de notes

Je propose ici au lecteur quelques réflexions sur la nature même du documentaire. Puissant outil de remise en cause des dogmes dominants, le documentaire est plus que jamais un outil d’analyse sociologique.

Pour qui fait-on un documentaire ?
Le documentaire doit rejoindre différents publics, sans pour autant sacrifier aux exigences d’un public en particulier. Si on s’en tient à une démarche trop rigoureusement académique, on se prive d’un plus large public. Si on s’en tient à une démarche trop centrée sur le grand public, on risque de se faire dire par les premiers que nous avons manqué de rigueur. [lire la suite]
À quoi sert un documentaire, sinon à être voué à l’inutilité ?
Essentiellement, un documentaire, s’il vise à dénoncer une situation, risque de se retrouver dans la catégorie des documentaires inutiles. Ce que j’entends par là, c’est que la situation dénoncée, dans 5 ou 10 ans, aura la plupart du temps empirée, ou au mieux, ce sera maintenue. Mettre de côté toute ambition moralisatrice et donneuse de leçons est ce à quoi il faut s’astreindre. [lire la suite]
 Un documentaire ne sert pas à convaincre
Si un documentaire vise à dénoncer une situation, il risque de se retrouver dans la catégorie des documentaires inutiles. Ce que j’entends par là, c’est que la situation dénoncée, dans 5 ou 10 ans, aura la plupart du temps empirée, ou au mieux, ce sera maintenue.  Le documentaire ne doit pas prêcher à des convertis, autrement, c’est de la propagande. [lire la suite]
Le documentaire, le sociofinancement et les groupes de pression
Le sociofinancement vient généralement avec des ficelles parfois solidement attachées qui limitent en partie votre créativité et le point de vue que vous souhaitez développer et exposer. Il faut en être conscient. Même si ça peut nuire à votre crédibilité et à votre réputation, il ne faut jamais céder à ces intimations, car y céder démontre à la face de tous que l’on peut vous faire plier. [lire la suite]
Je veux tourner un documentaire, mais je n’ai pas de budget
Si vous attendez de tourner avec une caméra RED pour réaliser votre premier documentaire, vous ne le tournerez jamais. Si vous ne vous faites pas les dents sur au moins une dizaine de court-métrages de type documentaire, ce n’est pas parce que vous aurez tourné avec une caméra RED qu’il sera meilleur. [lire la suite]
Ne jamais écouter les autres si vous tournez un documentaire
La pire chose à faire, lorsque vous tournez un documentaire, est bien évidemment d’écouter ce que les autres ont à dire à propos de celui-ci. Certaines remarques vous feront parfois douter de vos choix de montage, vous vous poserez mille et une questions, et vous risquerez même de retourner en salle de montage ; le summum de l’erreur. [lire la suite]
Le documentaire face aux médias
Contrairement au reportage journalistique, le documentaire est en quelque sorte pérenne, car il a la capacité d’atteindre des publics plus importants sur une plus longue période de temps, plutôt que de disparaître dans le cycle constamment renouvelé des nouvelles et des chaines d’information en continu. Il se soustrait à la logique médiatique. [lire la suite]
x