Technologies

Ville intelligente, le défi des technologies numériques

Publié le Mis à jour le

À l’exception peut-être de la nanotechnologie et de la biotechnologie, aucune autre technologie n’est aussi prometteuse pour améliorer la vie des citoyens que puissent l’être les technologies numériques. Ces technologies se distinguent par leur omniprésence et leurs multiples aspirations en matière d’utilisation. Les technologies numériques sont impliquées dans notre façon de travailler, de magasiner, d’apprendre et de jouer, et elles jouent un rôle vital dans l’autonomisation des individus et des communautés. L’application de ces technologies devrait accroître la productivité et la compétitivité, modifier les systèmes éducatifs et culturels, stimuler les échanges sociaux et démocratiser les institutions.

Néanmoins, des appels constants sont lancés en faveur d’une réévaluation de leur gouvernance lorsque les avantages promis s’accompagnent de menaces réelles ou perçues pour les consommateurs et les citoyens. La diffusion de ces technologies dans l’ensemble de la société remet en question les idées reçues sur le pouvoir, les privilèges et l’influence dans la société. Il est urgent d’évaluer si ces aspirations se réalisent en raison de la possibilité que les bénéfices revendiqués se révèlent être des promesses vides de sens ou qu’ils ne soient que des approximations grossières de transformations profondes.

Des médias sociaux pilotés par des algorithmes, à l’Internet des objets (la maison intelligente Alexa d’Amazon), en passant par les tests de voitures sans conducteur, les robots de soins personnels, les ordinateurs portables, les robots avocats pour la justice personnelle et les robots scalpeurs pour acheter des billets ou des offres spéciales, pour certains, le monde numérique crée de nouvelles possibilités pour rendre le monde plus équitable.

Au cours des dernières décennies, l’innovation dans les technologies numériques s’est produite à l’intersection des frontières établies de l’industrie. La convergence technologique offre de nombreux moyens novateurs de configurer les composants numériques, mais elle est généralement associée à la consolidation du marché. Bien que certains considèrent la convergence sur le marché numérique comme une évolution positive, d’autres y voient une reproduction des asymétries de pouvoir dans la société. La convergence des technologies et la consolidation du marché semblent conduire à de nouvelles structures de contrôle hiérarchique et d’inégalités qui enrichissent le bien-être d’une minorité au détriment de la majorité. Ces mêmes développements sont également perçus par certains comme des terrains vagues anarchiques, parsemés d’espaces en ligne murés, et n’admettant que ceux qui se soumettent à l’autorité de certains fournisseurs de services numériques. Et si les fournisseurs de technologies et de services numériques suivaient une voie malavisée avec des conséquences négatives pour tous les êtres humains ?

Tous ces développements sont influencés par la politique et la réglementation ainsi que par les valeurs sociales inscrites dans les technologies numériques. En raison de leur modularité, au fur et à mesure que ces technologies évoluent, elles prennent de plus en plus de caractéristiques « système ». Il en résulte une imprévisibilité considérablement plus grande que par le passé, ce qui, à son tour, rend difficile d’envisager les avantages et les problèmes futurs associés à l’innovation technologique numérique perturbatrice.

Du côté des avantages, les algorithmes qui orientent de plus en plus les services numériques peuvent produire des informations qui aident à atténuer les dommages causés par les catastrophes, à protéger les personnes dans les espaces publics, à signaler les risques sanitaires et à surveiller les changements climatiques. L’utilisation de services basés sur des algorithmes permet aux entreprises d’augmenter leurs profits. De nouveaux types de risques attirent l’attention du public mondial et des technologies et applications numériques innovantes devraient venir à la rescousse lorsque, par exemple, les réseaux électriques tombent en panne, les crises financières s’aggravent, ou que des fuites d’informations se produisent. Ces services fournissent également aux citoyens de l’information à l’appui d’une politique de résistance aux politiques et pratiques injustes.

Du côté des problèmes, les modèles d’affaires novateurs conçus par les entreprises opérant dans l’économie numérique permettent à des entreprises comme Amazon de vendre des produits à des prix réduits de manière sélective à des clients ciblés, mais cela réduit les marges des librairies indépendantes et des hyperlibrairies. Le contenu numérique devient rapidement la courroie de transmission de la publicité de services payants qui regroupent, filtrent et intègrent l’information pouvant être vendue à une minorité de clients exigeants qui sont disposés et capables de payer. Les médias publics, y compris la radiodiffusion, sont confrontés à une concurrence intense face aux plates-formes numériques qui regroupent le contenu et servent de gardiens.

La combinaison de l’innovation rapide et du pouvoir asymétrique sur le marché prive divers groupes de leur pouvoir en raison du chômage induit par la technologie, de la hausse de la criminalité, de l’atteinte à la vie privée et, souvent, de la restriction de la liberté d’expression. Les inégalités sociales et économiques se creusent à l’intérieur des pays, alors même que les fractures en matière de connectivité numérique se comblent avec l’essor de la téléphonie mobile.

Les systèmes automatisés de prise de décision sont couramment utilisés par les banques, les employeurs, les écoles, la police et les organismes de protection sociale. S’ils sont mal conçus et peu transparents, ils peuvent causer un préjudice important par la discrimination et la marginalisation sociale. En Europe, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne peut contribuer à minimiser les effets négatifs en donnant aux citoyens le droit à une explication des décisions qui reposent sur ces systèmes, mais ce règlement n’a pas été testé et les défis de la protection des droits fondamentaux des adultes et des enfants à l’ère numérique continuent à croître dans toutes les régions du monde.

© Texte, Robin Mansell, London School of Economics and Political Science, London, UK
© Photo entête, Medium