Échec architectural (le documentaire)

Pour participer au documentaire comme intervenant

Résumé du projet de documentaire

Pendant que la patrimoine architectural, diversifié et original, est oblitéré sous le pic des démolisseurs dans une indifférence quasi totale, l’architecture domiciliaire, pour sa part, est actuellement à la « boîte ». Les toits à plusieurs versants ont presque partout cédé la place au toit-terrasse. Quant aux sous-structures tels la lucarne et l’oriel (bay window), elles ne font apparemment plus partie de l’imaginaire de nos architectes et entrepreneurs. Les quartiers construits dans les années 1950 et 1960 se défigurent jour après jour ; les promoteurs immobiliers achètent les maisons, les démolissent et construisent des boites à deux étages comportant 4 logements, densification oblige — c’est tout un pan de la mémoire architecturale qui s’efface sous nos yeux. Les nouveaux quartiers ne sont plus qu’une enfilade de boites toutes semblables les unes aux autres ; ne change que le parement de la devanture. Les tours à condominiums, parfois dignes de l’architecture de l’ère soviétique, poussent comme des champignons. La défiguration du paysage urbain est le mot d’ordre. La densification en est le moteur. Le manque d’imagination se manifeste dans le paysage urbain. Quelques arbres chétifs hâtivement plantés sont la caution verte. Construire en laideur et en hauteur semble la trame fédératrice. L’échec architectural se voit partout.

Ce documentaire tentera de comprendre ce qui se trame. Pourquoi fait-on si peu de cas du patrimoine architectural ? Pourquoi la laideur architecturale est-elle désormais le mot d’ordre ? Pourquoi les promoteurs immobiliers ont-ils carte blanche pour ériger ces bâtiments dépourvus d’esthétisme ? À l’inverse, quelles sont les initiatives porteuses ? Est-il possible de renverser la vapeur ?  Où sont les promoteurs immobiliers qui ont une réelle vision ? Ils existent, et nous les rencontrerons. Où sont les architectes qui ont une vision de l’architecture urbaine ? Ils existent, et nous les rencontrerons.

Paiement via PayPal

10 $ | 20 $ | 50 $ | 75 $ | 100 $ | 150 $ | 200 $ | 300 $ | 400 $ | 500 $ | Chèque

Contributions corporatives

Production
Production : Photo|Société
Réalisation : Pierre Fraser (Ph. D.)
Concept original : Pierre Duchesne

__________

Contributions
Maxime Lelièvre (50 $) ; Ruth Boissonneault (100 $) ; Marie-Laure Docquier (50 $) ; Luc Lelièvre (10 $) ; Richard Gauthier (10 $) ; Pierre Duchesne (100 $) ; Yves Pedneault (50 $) ; Anonyme (150 $) ; Suzanne Otis (50 $) ; Anonyme (150 $).

Notice d’autorité
Nous n’en sommes pas à notre premier documentaire en mode sociofinancement et les preuves sont ici, ici, ici et ici. Les tournages commenceront en novembre 2019 et se poursuivront jusqu’en juin 2020. La première projection publique aura lieu en octobre 2020 dans un lieu qui reste à déterminer. Même si l’objectif du sociofinancement n’est pas atteint, Photo|Société prend le risque financier de produire et réaliser le documentaire ; c’est ce qui a fait notre réputation. Nous rejoindre : sociocamera@gmail.com.

Avantages

  • 10 $ et 20 $ = Mention de votre nom au générique de la fin.
  • 50 $ et 75 $ = Accès en ligne au documentaire 3 jours avant sa sortie + mention de votre nom au générique de la fin.
  • 100 $ et 150 $ = Mention de votre nom au générique du début + accès en ligne au documentaire 7 jours avant sa sortie.
  • 200 $ = Mention de votre nom sur les différentes plateformes de diffusion du documentaire (Amazon, Vevo, YouTube) + mention de votre nom au générique du début + accès en ligne au documentaire 10 jours avant sa sortie.
  • 500 $ = Mention de votre nom comme producteur délégué + mention de votre nom sur les différentes plateformes de diffusion du documentaire (Amazon, Vevo, YouTube) + mention de votre nom au générique du début + accès en ligne au documentaire 15 jours avant sa sortie.

Total des dépenses à ce jour

  • Information à venir